Accueil Témoignages
Il n'y a pas d'âge pour la coopération internationale!

 

Partir dans le sud pour un retraité est souvent synonyme d’un voyage touristique. Ce n’est pas le cas pour Monsieur Richer qui a passé trois semaines en terre cubaine au mois de novembre dernier. «Je voulais connaître les Cubains dans leur vie de tous les jours», explique-t-il.

L’organisme Aro InterNational, spécialisé dans la coopération internationale, offre un programme aux retraités actifs nommé Chantier solidaire. C’est à travers la Fédération des clubs de l’âge d’or (FADOQ) que Monsieur Richer a entendu parler de ce programme qui l’a particulièrement plu. Après avoir passé quelques jours à La Havane, les participants effectuent ensuite trois séjours de cinq journées dans des familles de différents secteurs de Cuba où ils participent aux activités de tous les jours ainsi qu’à la vie sociale du village où ils logent.

Ainsi, de La Havane, capitale du pays, Roland Richer est ensuite passé par Jibacoa (dans centre montagneux de l’île), Playa La Panchita (sur la côte nord) et Cifuentes (dans la plaine du nord), avec un arrêt à Santa Clara. Ne cherchez pas les trois villages mentionnés précédemment dans une excursion touristique: ils ne contiennent rien d’intéressant touristiquement parlant. Mais pour Roland Richer, ces séjours au sein de familles d’accueil cubaines dans ces petites agglomérations rapportent autant sinon plus qu’un voyage au musée d’histoire local.

Pas si terrible que ça

Monsieur Richer est catégorique: les Cubains ne sont pas si nécessiteux que la propagande américaine veut le laisser croire. «Leurs systèmes de santé et d’éducation sont 50 ans en avance sur les nôtres!, clame-t-il. À Jibacoa, il y a une clinique avec sept lits qui est plus équipée que certains de nos hôpitaux: échographe, scanner, etc. 23 médecins résident dans le secteur pour prendre soins de la population des environs».

Source : www.progres-watchman.ca (30 janvier 2009)